Actualités/ Appels à projets en cours:

FDVA 2021

Dans le cadre de la réforme Organisation territoriale de l'Etat et afin de permettre aux associations de répondre dans les meilleures conditions dans un contexte de crise sanitaire, l'ouverture de l'appel à projets du FDVA a été avancé.

 

Je vous informe que les appels à projets FDVA 2021 axes 1 et 2 sont ouverts et ce jusqu'au 1er avril 2021.

 

Aussi je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint les Appels à Projets du Fonds pour le Développement de la Vie Associative (FDVA) Corse 2021 axes 1 et 2.

 

Attention: La saisie des demandes de subventions pour le FDVA est dématérialisée et doit obligatoirement passer par "le compte asso" à l'adresse https://lecompteasso.associations.gouv.fr/login.

Les associations doivent en premier lieu créer un compte pour avoir accès aux différents appels à projets (numéros de fiches ci-dessous) et déposer leur(s) demande(s). Aucun dossier papier ne sera accepté.

Pour le FDVA axe 1 « Formation », sélectionner la fiche n°700
Pour le FDVA axe 2 « Fonctionnement global d’une association», sélectionner la fiche n° 701
Pour le FDVA axe 2 « Nouveaux projets ou projets innovants », sélectionner la fiche n° 702

Renseignements et tutoriels disponibles sur

http://www.associations.gouv.fr/le-compte-asso.html

  La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 1er Avril 2021 minuit au plus tard


Si vous souhaitez être accompagné pour procéder au dépôt de votre dossier dématérialisé, merci de prendre RDV avec Davinia Giovannetti au 04 95 50 39 50 ou par mail: davinia.giovannetti@corse-du-sud.gouv.fr

Les deux centre régionaux d'information des bénévoles (CRIB) se tiennent également à votre disposition pour vous aider à déposer votre dossier sur lecompteasso.

Il s'agit:

- Du centre régional olympique et sportif (CROS) pour les associations sportives.
François Santoni 04-95-21-45-65 croscorse@wanadoo.fr

- De la chambre régionale d'économie sociale et solidaire (CRESS) pour toutes les autres associations.
Jean-Michel Miniconi 06 23 05 40 98 jeanmichel.miniconi@cress.corsica

AAP FDVA Axe 1 Corse 2021-1.pdf
Document Adobe Acrobat 570.1 KB
AAP FDVA Axe 2 Corse 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 477.2 KB

Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA). Appel à projets 2021

Le plan gouvernemental de mobilisation contre les addictions 2018-2022 adopté en décembre 2018 vise à créer un élan dans la société pour changer le regard sur les consommations d’alcool, de tabac et de drogues ou sur certains usages préoccupants (écrans, jeux) et de cette manière faire évoluer les comportements.

Porté par un discours public rénové sur les risques et les dommages liés aux conduites addictives, le plan national de mobilisation contre les addictions consultable sur le site //www.drogues.gouv.fr/la-mildeca/le-plan-gouvernemental/mobilisation-2018-2022  :
• met l’accent sur la prévention et porte une attention particulière aux publics les plus vulnérables du fait de leur âge ou de leurs fragilités ;
• renforce la qualité des réponses apportées aux conséquences des addictions pour les individus et la société ;
• témoigne d’un engagement fort contre les trafics.
 
Le tabac et l’alcool sont responsables, chaque année respectivement de 75 000 et
41 000 décés. En Corse, 15,5% des décés sont attribuables au tabac.

La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) délègue aux préfets de région des crédits destinés à financer des actions régionales et départementales déclinant les orientations de cette politique publique, au plus près des citoyens, avec la préoccupation de coller à la réalité des trajectoires de vie et en tenant compte des spécificités locales et des particularités du territoire.
 
L’objectif est de développer une action territoriale plus forte et davantage coordonnées entre les institutions, les collectivités territoriales et les professionnels.
 
L’ARS (Agence régionale de santé) est étroitement associée à la MILDECA afin de garantir la cohérence de l’action de l’Etat au niveau des territoires.
 
I - Les objectifs de l’appel à projets

L’appel à projets pour l’année 2020 vise à répondre aux enjeux de la prévention et de l’accompagnement socio-sanitaire des usagers avec les priorités suivantes :

  1. protéger les enfants, les jeunes, les populations les plus vulnérables et exposées aux risques (en situation de handicap ou de précarité, population sous main de justice, population en errance, jeunes en risque d’entrée dans le trafic, etc…),
  2. tenir compte des prévalences d’usage les plus élevées (tabac, alcool et cannabis),
  3. favoriser les bassins de vie ou espaces particulièrement concernés par les consommations (zones d’éducation prioritaires, quartiers de la politique de la ville, lieux ou rassemblements festifs, en milieu urbain comme rural).

Les choix des projets s’inscriront en priorité au sein des orientations suivantes :
 
1- Prévenir les conduites addictives dès le plus jeune âge, en particulier par le renforcement des compétences psychosociales et l’aide à la parentalité :

  • par des actions pour toutes les conduites addictives y compris les actions de prévention contre le tabac dans les établissements supérieurs et d’enseignement professionnel (CFA, lycées professionnels, agricoles et maritimes, université de Corse),
  • actions visant à prévenir l’implication des adolescents dans le trafic des stupéfiants,
  • actions de prévention de la récidive en direction des mineurs sous-main de justice,
  • actions visant la poly-consommation, les conduites dopantes.

 
2- Favoriser le repérage précoce, l’accompagnement et, le cas échéant, l’orientation des personnes faisant usage de substances psychoactives (en particulier les plus jeunes) par les professionnels des champs éducatif, sportif, sanitaire et social à leur contact.
 
3- Mieux accompagner la vie nocturne festive en milieu rural et en milieu urbain (festivals, établissements de nuit, rassemblements festifs...).

4- Renforcer les actions de formation des adultes encadrants et professionnels aux contacts du public.
 
J’appelle votre attention sur la possibilité d’un cofinancement des projets par les crédits de la MILDECA, du fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD), de la politique de la ville et de la sécurité routière.
 
II - Les porteurs de projets :
 
Sont éligibles les collectivités territoriales et leurs établissements publics, les associations, et les organismes publics ou privés œuvrant dans le domaine de la santé.
 
III - Les critères de sélection des actions :
 
Les actions seront sélectionnées en fonction :

  • de leur pertinence au regard des objectifs de l’appel à projets,
  • de leur inscription dans une démarche globale (existence d’un travail en amont et en aval de l’action financée) permettant de développer sur le long terme des partenariats locaux,
  • de la réalisation d’un diagnostic préalable établissant leur nécessité et précisant leurs objectifs (problématique rencontrée, public visé, réponses qui paraissent nécessaires…),
  • des moyens mis en œuvre qui devront être adaptés au public et au milieu d’intervention ciblés,
  • de leur plan de financement comportant dans la mesure du possible des cofinancements et des partenariats avec les services déconcentrés de l’Etat, l’Agence régionale de santé, la Collectivité de Corse et les collectivités territoriales.
  • (prévoir un minimum de 20 % de cofinancements ou d’auto financement ; en vertu des règles qui régissent l’attribution de subventions publiques, aucun projet ne peut être financé à plus de 80 % du budget total par les crédits MILDECA).

 

  • des indicateurs d’évaluation proposés.

 
Certains projets peuvent être cofinancés par l’ARS (l’Agence régionale de santé) ; dans ce cas les associations sont invitées à transmettre leurs dossiers à la préfecture de la Corse-du-Sud et à l’ARS.
 
IV - Communication sur les actions financées
 
En cas de financement de votre action par la MILDECA, vous devrez mentionner dans vos communications (articles de presse, discours,…) la participation de l’Etat à votre projet.
 
V - Evaluation des actions financées
 
Toute action ayant bénéficié d’une subvention de la MILDECA pourra faire l’objet d’une évaluation par les services de l’Etat. De ce fait, toute demande de subvention ne pourra être examinée sans proposition du dispositif d’évaluation présentant le nombre de bénéficiaires, les actions réalisées ou en cours de réalisation, les zones géographiques concernées.
 
Pour les projets ayant bénéficié d’un financement en 2020, les bilans qualitatifs et quantitatifs intermédiaires ou définitifs doivent être joints au dépôt de la demande de subvention 2021. La production de ces bilans conditionne l’attribution éventuelle d’un renouvellement de subvention.
Les bilans définitifs devront être transmis au plus tard le 30 juin 2021.
 
Des contrôles peuvent être réalisés sur pièce ou sur place, concernant l’utilisation des subventions.

COVID 19
 
Crise sanitaire 2020 : concernant les actions financées en 2020 qui n’ont pu être réalisée ou qui ont été réalisées partiellement suite à la crise sanitaire, un bilan intermédiaire doit être transmis, indiquant les actions effectivement réalisées, celles qui sont reportées en 2021 (calendrier prévisionnel à préciser) et celles qui sont annulées. L’attestation COVID 2020 devra être jointe à la demande (annexe).
 
En cas de non justification, toute action financée et non réalisée fera l’objet d’un procédure de remontée de crédits.
 
VI – Modalités pratiques
 
Le dossier de demande de subvention (cerfa 12156*05) est téléchargeable sur le site : http://www.service-public.fr
Les dossiers devront être transmis au plus tard le 19 avril 2021 : en format dématérialisé pdf signé et en format papier.
 
Les pièces justificatives demandées dans le dossier cerfa devront obligatoirement être fournies (RIB original, statuts, etc...). Tout dossier incomplet ne pourra être instruit.
Les projets à caractère régional seront déposés dans les deux préfectures.
Pour les projets à mettre en place dans le département de la Corse-du-Sud, les associations adresseront leurs projets à :
 
la Préfecture de la Corse du Sud
Cabinet du Préfet
Palais Lantivy – Cours Napoléon – 20188 AJACCIO CEDEX 9
chantal.pimoulle@corse-du-sud.gouv.fr
 
Pour les projets à mettre en place dans le département de la Haute-Corse, les associations adresseront leurs projets à :
 
la Direction Départementale de la Cohésion sociale et de la protection des populations
Service Cohésion sociale
Immeuble Bella Vista – Rue Paratojo – CS 60011 – 20288 BASTIA CEDEX
annonciade.esposito@haute-corse.gouv.fr

Pour tous renseignements, vous pouvez contacter Mme Chantal PIMOULLE (04 95 11 10 12) et
Mme Annonciade ESPOSITO (04 95 58 51 08).

 

AAP
Impression - https _www.ajaccio.fr_attac
Document Adobe Acrobat 216.4 KB

Aides Covid-19

Tour d’horizon des différents supports et outils proposés par le Gouvernement pour aider les associations à s’y retrouver dans les aides à leur disposition.

 

> économie.gouv.fr <

 

UrgencESS, la ligne anti-crise à destination de l’ESS :
0806 000 245 | infocovid.ess@cabinets.finances.gouv.fr

 

> associations.gouv.fr <

 

> travail-emploi.gouv.fr <

 

 

 

Le fonds de solidarité est accessible aux associations employeuses, qu’elles soient ou non soumises aux impôts commerciaux.

LMA_COVID19_tableau_synthese_aides.xlsx
exe Fichier 48.1 KB
LMA_COVID19_analyse_aides_nationales.pdf
Document Adobe Acrobat 227.8 KB
20201216_Mesures_de_soutien_ESS.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB

Tenir son AG et respecter les délais comptables dans le contexte de la crise du Covid-19

 

La FAQ « Tenir son AG et Respecter les délais comptables dans le contexte de la crise du Covid-19 » a été mise à jour. Cette nouvelle version est publiée à la suite de la prolongation du dispositif exceptionnel relatif aux assemblées générales et organes de gouvernance jusqu’au 30 novembre. Elle apporte des précisions sur cette prolongation, ainsi que sur les autres dispositifs exceptionnels (délais comptables, mesures relatives aux représentants des salariés et des salariés actionnaires dans les organes de gouvernance) dont l’application n’est pas prolongée.

 
FAQ AG covid.pdf
Document Adobe Acrobat 497.1 KB

AAP "Mobilisés contre le racisme, l'antisémitisme, la haine et les discriminations anti-LGBT" 2020-2021

La délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti- LGBT (DILCRAH) soutient et encourage les initiatives de la société civile engagée contre les haines et les discriminations.

 

En 2019/2020, 300 projets de lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT ainsi que 590 actions de lutte contre le racisme et l’antisémitisme ont été subventionnés.

 

Ce sont donc plus de 890 projets qui ont été financés et qui ont permis de mener des actions dans tous les territoires métropolitains et ultra-marins. Ces initiatives sont venues compléter la mobilisation et l’action des services de l’Etat et des collectivités territoriales contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations anti-LGBT.

 

 

Fort du succès rencontré lors des précédentes éditions, la DILCRAH a souhaité renouveler le dispositif. Doté de deux enveloppes de 1 ,5 million d’euros (lutte contre le racisme et l’antisémitisme) et 500.000 euros (lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT), ce nouvel appel à projets permettra de promouvoir des actions citoyennes liées à l’éducation, la prévention, la formation et l’aide aux victimes, ainsi que des actions de communication, et d’organiser des événements en lien avec la lutte contre le racisme et l’antisémitisme et la lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT.

 

Ensemble, continuons à faire reculer la haine !

 

 

 

QUI PEUT CANDIDATER ?

 

 

Cet appel à projets s’adresse d’abord aux structures dont l’objet principal est de lutter contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations anti-LGBT, et/ou de promouvoir les valeurs de la République, et/ou de mener une action éducative et pédagogique. Elles peuvent être constituées de professionnels et/ou de bénévoles, de type associatif ou non. Peuvent donc notamment candidater les associations loi 1901, les établissements culturels, ainsi que les établissements scolaires et universitaires.

 

QUELS PROJETS PEUVENT ÊTRE SOUTENUS ?

 

Cet appel à projets a pour but de soutenir les actions à portée territoriale qui s’inscrivent dans les objectifs du « plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme 2018-2020 » et du « plan national d’actions pour l’égalité des droits, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ 2020-2023 » librement consultables et téléchargeables .
Sont ainsi éligibles des projets qui visent notamment à la réalisation de l’un ou plusieurs de ces objectifs :

 

• la connaissance de l’autre, l’engagement citoyen et le bien-vivre ensemble, la lutte contre les préjugés et les stéréotypes, par des actions à destination des jeunes, sur et hors temps scolaire
• la production de ressources et de contre-discours en ligne ainsi que le développement du signalement des discours de haine sur internet
• le soutien à des projets citoyens liés à l’information, la prévention, la formation et l’aide aux victimes, ainsi que les actions de communication et l’organisation d’événements contre la haine et les discriminations anti-LGBT
• la valorisation des lieux d’histoire et de mémoire
• l’accompagnement et la formation des acteurs de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme et/ou les discriminations anti-LGBT
• le développement de mesures de responsabilisation
• l’accompagnement des victimes de racisme, d’antisémitisme et/ou de discriminations anti-LGBT
• la participation à la semaine d’éducation et d’action contre le racisme et l’antisémitisme de mars 2021
https://www.gouvernement.fr/documents-dilcra
• la participation aux évènements qui se dérouleront autour de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie du 17 mai et des Marches des Fiertés LGBT

 

 

QUELS PROJETS SERONT RÉJETES ?

 



Ne seront pas retenus les projets trop généraux ou ne faisant pas de lien concret et direct avec la lutte contre le racisme, l’antisémitisme, la haine et/ou les discriminations anti-LGBT (généralités sur « la citoyenneté », « le vivre-ensemble », « les valeurs » comme par exemple : « les valeurs du sport », projet portant exclusivement sur l’égalité femmes-hommes, la radicalisation, etc).

 

COMMENT SERONT SÉLECTIONNÉES LES CANDIDATURES ?

 



es candidatures font d’abord l’objet d’une instruction et d’une pré-sélection locale dans le cadre des Comités Opérationnels de lutte contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (CORAH), présidés par le préfet du département.
La DILCRAH procède, nationalement, à l’étude finale des projets et décide du montant de la subvention allouée pour chaque dossier retenu. La DILCRAH s’assure notamment du respect des objectifs précédemment cités et de l’équité territoriale.

 

QUELS SONT LES ENGAGEMENTS
DES LAURÉATS ?

 

Les lauréats s’engagent à mettre en œuvre leur projet dans le courant de l’année 2021.


Les lauréats s’engagent à respecter les valeurs de la République.


Les lauréats doivent apposer le logo de la DILCRAH sur tous les supports de communication relatifs à l’action financée.


Les lauréats s’engagent à :

 

Se renseigner dans le répertoire des partenaires de la DILCRAH accessible à l’adresse suivante https://www.dilcrah.fr/directory/add-directory-listing/ .

DILCRAH Appel à projet local 2020_2021.p
Document Adobe Acrobat 145.6 KB
Annexe 2 - Cerfa_associations.pdf
Document Adobe Acrobat 520.2 KB

La responsabilité employeur en association (COVID)

Responsabilité employeur asso.pdf
Document Adobe Acrobat 211.9 KB

WEBINAIRE - Responsabilités des dirigeants associatifs quant aux précautions sanitaires

Appel à candidatures- Postes Fonjep "JEP"

  • Qu'est-ce qu'un poste Fonjep?

 

Le Fonds de Coopération de la Jeunesse et de l'Education Populaire, créé le 31 janvier 1964, est une association de cogestion qui réunit les représentants des administrations ainsi que des représentants d'associations bénéficiaires de postes FONJEP.

Un poste FONJEP est un financement contractuel, à moyen terme, d'un emploi permanent lié à un projet de développement d'une association.

 

Le Fonjep procède pour le compte et à la demande de l'Etat, selon les modalités qu'ils définissent, au versement de subventions destinées au financement de la rémunération des personnels employés dans les associations.

 

Il existe différents types de postes, attribués par différents Ministères: Les postes "Jeunesse Education Populaire" (JEP), les postes "Cohésion sociale" (CS), les postes "Centres de ressources et d'information des bénévoles" (CRIB) ainsi que les postes "Politique de la ville" (PV).

 

  • Une aide de quel montant?

L'aide versée est de 7 164€ annuellement.L'aide est versée chaque trimestre, sous réserve que l'association ait bien renseigné en ligne les documents nécessaires à la mise en paiement, comme le budget prévisionnel de projet par exemple.

Attention, l'aide du FONJEP ne peut pas se cumuler avec des aides à l'emploi de l'Etat.

 

  • Une aide versée pour combien de temps?

L'attribution d'un poste Fonjep fait l'objet d'une convention triennale, renouvelable au maximum 2 fois. 9 ans est donc le nombre d'années maximum.

L'aide correspond à une aide du démarrage du projet et doit être remplacée par des financements plus pérennes par la suite.

 

 

  • Pour quel type d'association?

Les associations bénéficiaires d'un poste Fonjep "Jeunesse Education Populaire" doivent avoir un agrément JEP. Cet agrément est à demander au service Jeunesse et sports de la DDCSPP (voir rubrique sur les agréments).

De plus, les petites associations (2 salariés maxi) et en particulier implantées dans le rural sont prioritaires.

 

L'association présente un projet de développement de son action, qui nécessite le recrutement d'un personnel permanent (en CDI). L'Etat évalue la demande locale en concertation avec le FONJEP pour décider de son adhésion au projet et l'attribution d'un poste FONJEP.

 

Un poste finance obligatoirement un emploi via un projet. Le projet peut exceptionnellement porter sur plusieurs emplois selon sa nature et reste soumis à l'acceptation par le FONJEP.
Le FONJEP n'est pas l'employeur du poste, l'employeur est toujours l'association bénéficiaire.

 

  • Comment candidater?

Retournez le dossier de demande FONJEP par mail à l'adresse suivante:

 

gwenn.aube@corse-du-sud.gouv.fr

 

DOSSIER de demande FONJEP.doc
Document Microsoft Word 87.0 KB
Formulaire de demande d'agrément JEP
Formulaire Education Populaire.doc
Document Microsoft Word 239.5 KB

JE VEUX AIDER- RESERVE CIVIQUE

Le Gouvernement lance le site Réserve civique-Covid 19 jeveuxaider.gouv.fr. Afin de permettre à tous ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de s’engager et de donner de leur temps, pour aider les plus démunis, particulièrement touchés par cette crise du Covid-19. 

Le président de la République a appelé les Français à « inventer de nouvelles solidarités ». Pour ceux qui veulent aller plus loin que le rendez-vous journalier d’applaudissements aux soignants depuis son balcon, le Gouvernement lance la Réserve civique-Covid 19  jeveuxaider.gouv.fr. Afin de permettre à tous ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de s’engager et de donner de leur temps, pour que les plus démunis et les plus vulnérables ne soient pas les premières victimes de cette crise.

 

Soutenir les associations privées de bénévoles

Les associations, qui reposent en temps normal sur une ressource bénévole bien souvent âgée, peinent à poursuivre leur activité. Toutes souffrent d’une pénurie de forces vives, car un tiers – voire la moitié – de leurs bénévoles sont âgés de plus de 70 ans, donc confinés. Plusieurs points de distribution pour les plus démunis ont déjà dû fermer leurs portes ces derniers jours faute de bénévoles. Le confinement fait, par ailleurs, peser un risque sur les personnes fragiles isolées (âgés, en situation de handicap, malades chroniques,...). 

 

Quatre missions vitales

Cette plateforme a été construite, en lien avec les plus grands réseaux associatifs et les plateformes associatives déjà existantes. Elle permet aux structures (associations, CCAS, MDPH, collectivités, opérateurs publics, etc.) de faire état de leurs besoins de renforts autour de 4 missions vitales :

1.      aide alimentaire et d’urgence ;

2.      garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance ;

3.      lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées : personnes âgées, malades ou en situation de handicap ;

4.      solidarité de proximité : courses de produits essentiels pour les voisins (fragiles, isolés, handicapés).

 

Respect des règles sanitaires

Ces 4 missions seront réalisées dans le respect absolu des règles de sécurité sanitaire, définies en lien avec le ministère de la Santé. Ainsi, les associations organiseront leurs actions de façon à garantir scrupuleusement les distances de sécurité (au moins 1 mètre entre chaque personne, bénévoles comme bénéficiaires) et feront respecter les règles de sécurité sanitaire (gestes barrières, lavage de mains très réguliers, etc).

En outre, il est formellement interdit aux personnes de plus de 70 ans ainsi qu’aux personnes atteintes d’une maladie chronique de s’engager dans une mission dès lors que celle-ci nécessite une rupture du confinement. Néanmoins, elles peuvent s’engager pour les missions réalisées à distance (lien avec les personnes isolées par téléphone, par exemple). Chacun peut s’engager pour que personne ne soit oublié.

La centralisation de ces missions essentielles sur le site jeveuxaider.gouv.fr garantit leur visibilité, et donc le fait qu’aucun territoire ne soit oublié.

 

AAP "Groupement d'employeurs et Pôles territoriaux de coopération associative 2019-2021" (à destination des associations)

La feuille de route pour le développement de la vie associative, présentée par le secrétaire d’État auprès du ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse le 29 novembre 2018, a pour objectif d’apporter un appui structurel aux associations et de les accompagner dans l’évolution de leur modèle socio-économique. Cet engagement s’est traduit par la création d’un fonds d’aide pour soutenir l’emploi associatif, le professionnaliser et le pérenniser. Il vise les démarches de création, développement ou consolidation de coopérations inter-associatives qui nécessitent l’emploi d’un salarié associatif pour contribuer à une dynamisation du bassin territorial.


Deux types de structurations associatives territoriales sont concernés : le groupement d’employeurs (GE) ou le pôle territorial de coopération associatif (PTCA).

 

Toutes les infos sont détaillées dans le cahier des charges ci-dessous.

 

Les demandes doivent être saisies via http://lecompteasso.associations.gouv.fr/login après avoir créé un compte. Sélectionner la fiche n° 837

Cahier des charges
AAP GE PTCA Corse 2019 2021.pdf
Document Adobe Acrobat 63.5 KB
Guide pratique
Guide compte asso.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB
Article Juris associations- Le GE, une solution à la crise?
JA626_article_GE-1.pdf
Document Adobe Acrobat 829.4 KB
Accompagner les groupements d'employeurs non marchands
GuideGE.pdf
Document Adobe Acrobat 2.7 MB

AAP "C'est mon patrimoine" 2019-2020

L’opération « C’est mon patrimoine ! » a été lancée en 2005 par le Ministère de la culture (« Les Portes du temps »). Elle est organisée en partenariat avec le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) et mise en œuvre dans le cadre des objectifs communs de cohésion sociale, d’intégration et d’accès à la culture des personnes qui en sont les plus éloignées.

Cahier des charges-CMP-2020.pdf
Document Adobe Acrobat 144.2 KB
Formulaire de candidature-CMP-2020-1.pdf
Document Adobe Acrobat 177.6 KB